Cinq (5) avantages d’un contrat d’alternance pour l’employeur

Cinq (5) avantages d’un contrat d’alternance pour l’employeur

Plusieurs entreprises n’hésitent plus à recourir à des alternants. Ce type de contrat atypique permet aux jeunes de 16 à 25 ans de concilier leur formation à un travail professionnel. Loin d’être anodin, ce choix comporte de nombreux avantages que cet article se propose de vous faire découvrir.

Cinq (5) avantages d'un contrat d'alternance pour l'employeur

Un contrat adapté aux besoins des entreprises

Certaines sociétés peinent à trouver des collaborateurs performants qui disposent des qualifications requises pour occuper les postes à pourvoir. En effet, certains métiers évoluent assez rapidement. Les employeurs ont alors du mal à dénicher des profils adaptés. Dans ce cas, la meilleure astuce consiste à s’appuyer sur un alternant. Cela permet à l’entreprise de recruter un nouveau salarié qui apportera les compétences nécessaires pour son bon fonctionnement. Ce dernier essaiera de trouver en cours des réponses adéquates aux attentes de ses supérieurs. Sa contribution aidera à redynamiser les activités de votre société qui profitera des innovations récentes dans les domaines où exerce l’alternant.

Une anticipation des besoins en personnel

Généralement, les entreprises recourent au contrat d’alternance pour pallier une pénurie d’agents qualifiés. Ce type de contrat permet également d’anticiper le départ d’un salarié qualifié. La société pourra planifier plus aisément le transfert de compétences entre un employé en fin de carrière et le nouveau venu. Le contrat d’alternance permet de recruter un futur collaborateur qui prend le temps de s’intégrer professionnellement et rationnellement dans l’équipe en place. À la fin de son cursus de formation, vous embauchez donc un agent prêt à l’emploi. Pour engager un alternant, vous pouvez contacter les responsables de la plateforme http://www.cfa-eve.fr/.

La maitrise des coûts salariaux

Le contrat d’alternance permet à une entreprise de maîtriser les charges liées au personnel. Certes, elle supporte une part des frais de l’agent. Mais, elle débourse moins d’argent comparativement aux salaires payés à un employé régulièrement engagé. Elle verse 25 à 78 % du SMIC dans le cadre d’un contrat d’apprentissage. Le montant varie selon l’âge du candidat et sa qualification au moment de la signature. Pour un contrat de professionnalisation, 65 % du SMIC incombent à l’entreprise pour un alternant bachelier qui n’a pas atteint 21 ans. Elle supporte 85 % du salaire minimal conventionnel pour un candidat âgé de plus de 26 ans. Par ailleurs, la comptabilité ne prend pas en compte les alternants dans l’effectif de la société.

L’accès à des aides et des exonérations

La structure qui recrute des alternants bénéficie de certaines aides et exonérations. Pour les contrats d’apprentissage, les très petites entreprises de moins de 11 salariés accèdent à une aide régionale. Par contre, toutes les sociétés profitent d’une exonération partielle ou totale des charges et du crédit d’impôt d’apprentissage. Dans le cadre des contrats de professionnalisation, elles obtiennent des allègements de cotisations patronales sur les petites et moyennes rémunérations. Une exonération totale des cotisations patronales intervient pour l’employé de 45 ans ou plus.

Des formalités administratives simplifiées

Le Ministère en charge du travail a mis en place un système pour centraliser les démarches pour les entreprises qui embauchent un alternant. L’employeur doit simplement tenir à disposition l’ensemble des pièces justificatives.

Poursuivez votre lecture